Sélectionner une page

« C’est le moment décisif. Si je dis non à ça, j’atteindrai un point de non-retour… officiel.

J’ai deux offres d’emploi devant moi. Deux postes de chercheur. L’un au fin fond du Michigan, l’autre dans un autre département de mon entreprise, en Angleterre. Mais aujourd’hui, il me faut non pas prendre ma décision… mais la comprendre et surtout, l’assumer. Car le choix était fait avant même que je ne passe les entretiens.

Lors d’une séance avec Penny, j’ai réalisé quelle petite voix intérieure écouter pour faire mon choix. Pas celles de l’ego – cette partie de moi indispensable à ma survie, reliée aux automatismes de mon cerveau  – mais celle du cœur sage – cette partie de moi beaucoup plus libre et créative, connectée aux neurones intuitifs de mon cerveau.

J’avais déjà pris conscience, grâce aux stages Strozzi et à Karen, que je n’étais ni mes comportements, ni mes pensées, ni mes émotions. J’ai des comportements, des pensées et des émotions, mais je ne suis pas ces derniers, pour la simple raison que je peux les changer si je le souhaite. Avec Penny, j’ai pris conscience que je ne suis ni mon histoire – mes décisions et ma personnalité passées -, ni mon job non plus.

Je m’étais tellement identifiée au fait d’être docteur en sciences, chercheur et manager d’équipes pharmaceutiques ! J’étais attachée à l’étiquette professionnelle, car elle répondait à de nombreux besoins vitaux : statut, sécurité, lien social… Beaucoup de bénéfices qu’il m’était difficile de lâcher. Beaucoup de bénéfices représentant, finalement, l’obstacle principal à mon changement de carrière. Car ma résistance au changement n’était autre que mon mental/ego fébrile face à la nouveauté… Mon corps, mes émotions, mes sensations, tout cela me confirme désormais que cette partie de moi, aspirant à un job plus directement tourné vers l’humain, et révélée par un drôle d’exercice avec un cheval, a aujourd’hui vraiment besoin d’être entendue et surtout actée. J’ai envie de me réaliser pleinement, de m’ouvrir à mon vrai potentiel et je sens, physiquement, que c’est un changement de carrière qui va m’apporter cela. C’est aujourd’hui la voix/e qui me fait vibrer, celle que je souhaite suivre. Je peux désormais choisir qui je veux être, au-delà de tous mes conditionnements…

Il faut plonger dans le vide. Là. Maintenant. Il faut décrocher le téléphone et officiellement signer le pacte avec mon cœur… en annonçant mon refus.

Mes autres petites voix intérieures s’en donnent à cœur joie… Quitter ton statut professionnel de chercheur, cadre et manager ? Ta grosse boîte et les bénéfices qui vont avec ? Ta sécurité financière et intellectuelle ? Ce que tu sais faire ? Tes collègues et amis ? Et pour faire quoi ?… As-tu vraiment bien réfléchi ?!

Pour une fois, je ne les écoute pas. J’ai peur. Vraiment peur. Peur de me tromper lamentablement. Peur de m’ouvrir à l’inconnu. Mais c’est plus fort que moi. Un appel intérieur que je ne peux désormais plus ignorer… »
 

Une histoire vraie

 
Ce bout d’histoire, extrait de mon nouveau livre « Les Petites Voix : Quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel« , est une histoire vraie [1]. Mon humble histoire. L’histoire d’une scientifique cartésienne qui se rendit compte qu’elle était coupée d’une forme d’intelligence inexploitée jusque là : l’intelligence intuitive. Véritable cerveau sur pattes, déconnectée du corps, du cœur, de mes sensations et émotions, je pris conscience que ces derniers avaient leur mot à dire dans mes choix de vie les plus importants. Ce jour là, en déclinant les deux offres de travail qui étaient à ma disposition, je fis le saut dans le vide. Un inconnu impalpable devant moi. Car si je sentais intuitivement que ces deux jobs n’étaient plus les plus adaptés à ce stade-là, je n’avais aucune idée des étapes à suivre pour trouver le bon job pour moi. Et puis l’aventure continua. Mon intuition me guidant pas à pas. Malgré moi. Vers mon nouveau métier, ma nouvelle vie. Une vie encore plus épanouissante et joyeuse, car alignée avec qui je suis vraiment.

Quant à mon cerveau rationnel et bien il batailla. Dur. Longtemps. Puis il réalisa qu’il n’avait pas besoin d’être relayé au fin fond d’un placard tout noir. Lui aussi avait sa place. Sa pensée analytique et linéaire m’aidant à matérialiser ce changement de carrière en prenant en compte les risques, les enjeux et les ressources à exploiter, par exemple.
 

Que dit la science sur l’intuition ?

 
Aujourd’hui, l’intuition commence à prendre sa place dans notre société. Même la science en reconnait désormais les vertus. Notre cerveau n’a pas un seul mode de pensée et de conscience. Lorsque je réfléchis à un problème de manière analytique et linéaire, je vais activer certaines parties de mon cerveau : le « système de pensée 2 » selon le prix Nobel Kanheman [2]. Lorsque je laisse émerger une solution de manière plus intuitive, c’est le « système 1 » qui s’active. Un mode de pensée plus rapide, spontané et inconscient. On obtient une réponse, mais on ne sait pas comment on y est arrivé. On sait quelque chose, mais on ne sait pas comment on le sait. Il serait alors logique de penser que le système 1 soit moins fiable que le système 2. Mais qui dit plus rapide et inconscient ne veut pas forcément dire moins efficace. Les études montrent en effet que notre cerveau inconscient capte et gère bien plus d’informations que nous ne le pourrions consciemment [1, p 42-58]. Il analyse ces données et nous envoie ses conclusions par un feeling ou une idée lumineuse [1, p- 235-249]. Et ces conclusions peuvent être bien plus fiables que celles que l’on obtiendrait avec le mode de pensée analytique N°2… Ça c’est la théorie classique de l’intuition et il en existe d’autres (pour ceux d’entre vous que cela intéresse, voir Les Petites Voix, les chapitres 10-16).
 

Mais pour quoi faire ?

 
Alors à quoi bon écouter son intuition ? Parce qu’elle nous permet de nous éveiller à nous-mêmes, à une vie plus riche de sens, de joie et d’épanouissement. Et tout ça, ça s’apprend…

Envie de savoir comment ? C’est par . Dans ce livre, j’ai souhaité partager avec vous mes aventures – parfois comiques ! – de scientifique au cerveau bien cartésien, qui s’ouvre à cette drôle d’intelligence intuitive. J’y décris des trucs et astuces vous permettant de tester tout cela par vous-même, j’y dévoile des anecdotes intimes de mes déboires autant que de mes réussites, et puis j’y rajoute des découvertes scientifiques insoupçonnées, pour ceux d’entre vous qui, comme moi, aiment comprendre comment ça marche. À vous de piocher dans tout cela pour trouver vos réponses…

Mon objectif ? Vous permettre de vous reconnecter à qui vous êtes réellement, à ce qui vous fait pleinement vibrer, car la vie est tellement plus douce quand on s’écoute vraiment !

À très vite !

Christelle.

***

Retrouvez Christelle Lauret à sa conférence « L’intuition : juste une histoire de cerveau ? Et est-elle fiable ?« , le 03/10/19, à 19h30, au Forum 104, à Paris (Pour toutes les infos et pour prendre vos billets, c’est par là : https://www.weezevent.com/conference-03-10-l-intuition-juste-une-question-de-cerveau

***

 

RÉFÉRENCES :

[1] – Lauret, C. (2019). Les Petites Voix : Quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel. Paris, France : Carnets Nord (et références incluses).
[2] – Kahneman, D. (2012). Système 1 / Système 2 : les deux vitesses de la pensée. Paris, France : Flammarion.

13
20
Whatsapp
LINKEDIN