Sélectionner une page

J’ai les tripes qui viennent de diminuer de moitié. Littéralement. Vous savez, le genre de sensation que l’on peut avoir lorsqu’on entend une vérité sur soi qui fait mal, qui fait honte, qui donne envie de creuser un grand trou pour s’y cacher, mais qui résonne tellement, que là on ne peut plus faire demi tour ? Mon ami Damien venait de me faire un effet miroir bœuf inattendu, et mon système limbique était tout affolé. « Je suis comme ça moi ?!!…. »

Ça c’était il y a 21 ans.

Ce que Damien ne savait pas à ce moment là, c’est que son effet miroir/coup de pied au derrière, à la fois fort et bienveillant, allait me propulser sur un chemin de découverte et d’exploration vers ma paix intérieure. C’était décidé, je ne pouvais pas continuer comme ça, il me fallait consulter quelqu’un pour aller mieux, car très clairement mon état impactait aussi mon entourage.

Hypersensible en pleine dépression, j’étais devenue un ‘Caliméro puissance 10,000’ ambulant. Vous savez le petit canard pour qui la vie est trop injuste (pour ceux qui ne sont pas de la même génération, Caliméro était un dessin animé des années 70 – mince ça ne me rajeunit pas !)?

Je ramenais tout à moi. « Personne ne peut me comprendre et puis la vie des autres est tellement plus facile que la mienne! » Sans m’en rendre compte, je m’étais transformée en vampire émotionnel, pompant l’énergie des personnes autour de moi avec mes histoires si ‘tragiques et terribles’. Moi qui m’étais toujours considérée comme étant tournée vers les autres. La seule chose vers laquelle j’étais en fait vraiment tournée, était mon propre nombril, sauf que je n’en étais même pas consciente !

Comment était-ce possible ?

Les stratégies qui font du bien


Et si je vous disais que mon Caliméro était en fait la meilleure stratégie que mon cerveau puisse trouver pour répondre à ses besoins vitaux (cf. les besoins vitaux du cerveau dans brainy stuff #2 de cet article) ?

Déconnectée de moi-même, perdue dans des méandres d’incertitude et de désespoir, comment est-ce que mon cerveau allait recevoir son shoot de dopamine pour retrouver du plaisir ?!…

Très attentif, mon cerveau avait alors observé un phénomène intéressant : lorsque Christelle se plaint de ses problèmes à ses amis, ils l’écoutent, la câlinent, lui montrent qu’ils la comprennent, qu’elle est importante, que ses problèmes sont importants, que c’est injuste en effet… « Waouh, c’est génial comme stratégie ça ! » se dit mon cerveau. « D’une pierre, 5 coups ! Si Christelle fait son Caliméro, elle répond à ses 5 besoins vitaux d’un coup ! »

 

Si l’on regarde d’un peu plus près la situation, voilà en quoi la plainte Caliméro peut répondre aux 5 besoins fondamentaux du cerveau :

  • STATUT : wow, c’est vrai que c’est grave et important ce qu’elle vit… et elle est importante pour ses amis
  • CERTITUDE : ce caliméro est un comportement qu’elle commence à bien maitriser, c’est facile et c’est certain de lui apporter du bien-être ; et puis en parlant, elle met les choses noir sur blanc, a des révélations, avance dans sa compréhension de la situation
  • AUTONOMIE : Christelle choisit son comportement de Caliméro (elle aurait pu choisir un tout autre comportement mais c’est celui là qui prime) et puis ses amis lui donne sa liberté d’action et de pensée quand elle parle
  • RELATIONNEL : des câlins, encore plus de câlins s’il vous plait !! et puis son Caliméro est aussi un moyen de se re-connecter à elle, ses émotions, ses besoins
  • EQUITE/JUSTICE : ben oui c’est pas juste en effet …

Une stratégie ‘dopaminatrice’ qui s’installe

« Un Caliméro, deux Caliméro, trois Caliméro et toujours un grand boost de dopamine!! » , se dit mon cerveau. « Oui, c’est certain, ça c’est une stratégie gagnante et je vais m’empresser de l’enregistrer dans ma mémoire comme stratégie RÉCOMPENSE. Comme ça, dès que Christelle est dans le désespoir, je l’active et paf, j’ai mon shoot de dopamine! Yay !!  »

Et voilà que s’installait un comportement qui allait prendre de la place, qui allait perdurer et dont je n’allais même pas prendre conscience. Plus j’activais mes circuits neuronaux Caliméro, plus ils se développaient, et ainsi devenaient une vraie stratégie avec de vrais bénéfices secondaires (cf. Brainy stuff : La dopamine et le système récompense).

Brainy stuff : La dopamine et le système récompense

J’ai déjà parlé du mode Récompense dans cet article. Voici ici une vidéo qui explique, en 1′ et un peu plus en détail, le système récompense du cerveau :

 

 
Pour savoir comment le circuit récompense a été découvert ainsi qu’encore plus de détail sur son fonctionnement, vous pouvez aussi aller voir cette vidéo.

 

Ce n’est que bien plus tard – avec de nouveau, avouons-le, une légère taloche envoyée à mon amour propre! – que je pris conscience que je faisais mon Caliméro parce que ça me faisait du bien (et non pas parce que je n’avais pas le choix…)

Aujourd’hui, je suis bien plus bienveillante envers moi-même par rapport à cette stratégie, car je sais que ce choix est avant tout modulé par la dopamine et mon cerveau inconscient, qui après tout, fait ce qu’il peut pour ma survie. Donc pas la peine de se flageller, bien au contraire (cf. paragraphe ci-dessous « Deux faux pas à éviter après avoir identifié ses stratégies ‘dopaminatrices' »)

Bon, alors moi je vous ai parlé de mon Caliméro, mais c’est quoi, vous, vos stratégies ‘dopaminatrices’, ces fameuses stratégies porteuses de dopamine et qui peuvent dominer nos comportements ?…

4 stratégies ‘dopaminatrices’ courantes, ou quelques aspects de notre ombre…

En regardant autour de soi – ou dans le miroir :o) – on peut observer au moins quatre stratégies courantes :
  

Stratégie Cendrillon : je prends sur mes épaules toute la misère du monde, j’oublie mes besoins pour répondre à ceux des autres, et m’indigne secrètement du fait que les autres ne fasse pas de même pour moi! Mais je ne demande rien, car, après tout, si moi je réponds spontanément aux besoins des autres, ils devraient faire de même pour moi! Après tout, il faut savoir se sacrifier pour les autres, c’est ça l’Amour !


Stratégie Caliméro : j’ai tellement d’émotions à l’intérieur de moi, je suis engloutie par ces émotions et j’aspire les autres dans mon cyclone intérieur, je me plains, je me lamente, je suis victime des autres et des circonstances et j’ai tellement besoin d’être reconnu dans cette tourmente… La vie est trop injuste !


Stratégie Hulk :
je bouillonne et j’explose, me mets en colère (parfois intérieurement!) après moi-même ou les autres ; j’ai des comportements imprévisibles ; je contrôle ou manipule l’autre ; ou bien je suis autoritaire et dirigiste… C’est comme ça et je n’y peux rien !

 


 

Stratégie Peter Pan : je reste bien haut dans les nuages, je me détache de la réalité ; j’ai plein de rêves ou d’idées que je ne concrétise pas ; ou bien je suis au dessus de tout, voire même des autres… A quoi bon mettre les pieds sur terre quand on est si bien là haut ?

 

 

Vous aussi; vous vous retrouvez dans une ou plusieurs de ces stratégies ?

Ces stratégies peuvent se manifester plus ou moins intensément. Pour ma part, mon Caliméro d’il y a 21 ans était puissance 10,000 comme je le disais, mais pas besoin d’être en pleine dépression pour manifester un petit Caliméro plaintif au quotidien…

Deux faux pas à éviter après avoir identifié ses stratégies ‘dopaminatrices’

Faux pas  N°1 : La Flagellation.

Ma première réaction après avoir pris conscience de mon Caliméro, a été de me dire « c’est vraiment pas glamour tout ça ! ». Puis j’ai commencé à le haïr ce Caliméro et à lui implorer de sortir de mon corps ! C’est vrai quoi, qui veut d’un truc pareil ? C’est chiant, ça gonfle et ça pompe tout le monde (sauf les Cendrillons d’entre nous qui vont prendre ces tragédies sur leurs épaules, sans même demander auparavant si leur aide est désirée). Sauf que, comme je le disais plus haut, ce n’est pas parce que notre cerveau a imprimé cette stratégie récompense qu’il faut rentrer dans un cercle vicieux de culpabilité et de flagellation. Notre cerveau fait de son mieux. La flagellation n’avance personne et surtout, elle nous précipite vers le faux pas N°2 …

Faux pas N°2 : La Résistance

Après m’être flagellée de mon Caliméro, ma deuxième réaction fut de résister corps et âme contre ce Caliméro : « Il me suffit de me forger une carapace… » me suis-je dite. « Si je deviens forte de l’extérieur, alors je ne ressentirai plus rien, et plus rien ne m’affectera, et ainsi j’arrêterai de faire mon Caliméro… » Que nenni ! Mon Caliméro n’était pas prêt à me déserter. Car en fait, il avait des trésors cachés à me révéler (cf. paragraphe ci-dessous) … Si je veux sortir d’une telle stratégie, il me faut d’abord l’embrasser. Car si vous avez lu mes articles précédents, vous saurez que ma citation préférée est de Carl Jung et dit : « Tout ce à quoi je résiste persiste »… et que tout ce que j’embrasse s’efface…
  

La lumière derrière l’ombre

Bon, on a regardé un peu notre ombre, c’est à dire certaines de nos stratégies ‘dopaminatrices’… Et si on regardait le joyaux de lumière derrière chaque ombre ?

Derrière mon petit Caliméro se cache, par exemple, une vraie sensibilité, une perception accrue de mon monde émotionnel intérieur et de celui des autres. Une sensibilité qui permet de développer une grande capacité relationnelle et émotionnelle. Une sensibilité qui, lorsqu’elle est alliée à une certaine conscience et affirmation de soi, de ses forces, de ses limites, de ses besoins, peut en fait devenir une très grande force.

Derrière Cendrillon se cache un amour énorme qui peut tant apporter à soi et aux autres. Un  amour qui, quand il s’allie à une reconnaissance et une responsabilisation de ses propres besoins, peut être nourri et ainsi permettre de donner encore plus, et mieux, à son entourage. Un amour qui, quand il s’allie à une capacité de faire confiance à l’autre d’être lui aussi capable de gérer ses propres problèmes ou d’exprimer ses besoins, peut faire grandir les autres. Un amour qui peut déplacer des montagnes lorsqu’il est est tourné, non pas vers sa propre reconnaissance, mais vers le bien-être en général.

Derrière Hulk se cache une énergie de vie et d’action qui peut faire propulser une fusée sur la lune ! Une énergie qui, quand elle est exprimée de façon forte et constructive à la fois, crée de vrais leaders. Une énergie qui, quand elle est tournée vers des projets responsables et responsabilisant, peut contribuer à changer le monde pour le meilleur, que ce projet soit de mieux s’entendre avec son collègue de travail ou de monter une association pour lutter contre la faim dans le monde !

Derrière Peter Pan se cache une énergie créative et légère… Une énergie qui, quand on lui donne un fil conducteur, un objectif qui a du sens, peut permettre de rêver autrement, différemment, pour que ce monde chaotique trouve la légèreté qu’il aspire. Une énergie qui, lorsqu’elle s’allie à une bonne dose de réalisme et de pragmatisme peut transformer ces rêves en actions concrètes et avancer pas à pas, en laissant sa trace originale.

Et si on embrassait notre ombre pour en faire ressortir cette lumière ?

Questions de coaching pour avancer

Vous avez envie d’avancer sur vos stratégies? Voici quelques questions de coaching qui peuvent vous aider :

  • Quelle(s) stratégie(s) ‘dopaminatrice(s)’ semble(nt) avoir intégré mon cerveau limbique? Cendrillon, Caliméro, Hulk ou Peter Pan ?


  • Quels sont les bénéfices secondaires de ces stratégies, ou exprimé autrement, quels besoins vitaux sont satisfaits lorsque j’adopte cette stratégie : mes besoins de STATUT, de CERTITUDE, d’AUTONOMIE, RELATIONNEL, ou/et d’ÉQUITÉ (cf. les besoins vitaux du cerveau dans brainy stuff #2 de cet article)? Voici quelques exemples ci-dessous :
    • Pour Hulk : si je me mets en colère comme Hulk, en quoi cela peut-il répondre à mon besoin de statut (ex : je prends de la place, je domine la personne en face de moi etc.) ou d’équité (ex : je fais valoir mon besoin de justice) par exemple? En quoi cela répond-il à mon besoin de certitude (ex : c’est un comportement que je sais bien faire et je suis certain de l’impact qu’il va avoir). Ou si mon Hulk est plutôt du genre à contrôler les autres, alors en quoi cela répond-il à mes besoins de STATUT, de CERTITUDE, d’AUTONOMIE, RELATIONNEL, ou d’ÉQUITÉ ?…
    • Pour Cendrillon : En quoi ma stratégie Cendrillon répond-elle à mon besoin de reconnaissance et donc de statut (ex : sans moi les autres n’y arriveraient pas), mon besoin d’amour (et donc relationnel), mon besoin d’apporter des solutions que je connais (et donc d’autonomie et de certitude) etc.
    • Pour Peter Pan : en quoi le fait de rester en dehors de certaines situations, choix ou relations répond-il à mon besoin de sécurité (et donc de certitude), de statut (ex : je suis au dessus de tout ça), d’autonomie (ex : je choisis de ne pas choisir…)

 

  • Maintenant que j’ai identifié les besoins sous-jacents (qui sont importants!), quelles nouvelles stratégies – plus aidantes et respectueuses de moi et de mon entourage – pourrais-je trouver pour répondre à ces besoins et me dopaminer le cerveau ?
    • Par exemple dans mon cas, une première stratégie a été de me faire accompagner par un professionnel, mais on n’a pas forcément besoin d’aller jusque là bien-sûr. Je traitais pour ma part un cas de Caliméro puissance 10,000 souvenez vous… ;o) Cette nouvelle stratégie me permettait de répondre à mes besoins de Statut (mon problème était reconnu par un professionnel) , de Certitude (en parlant avec ce professionnel et en répondant à ses questions, j’y voyais plus clair sur ma situation), d’Autonomie (ce professionnel me laissait trouver mes propres solutions), de Relationnel (grâce à son écoute bienveillante, la confiance que nous partagions) et d’Equité (elle m’avait rassurée à l’époque que je n’étais pas la seule personne à vivre ce genre de chose). Et puis une autre stratégie a été d’apprendre à partager avec mes amis d’une façon plus responsable, en sortant de mon rôle de victime de la vie et des autres. L’objectif n’étant en effet pas de ne plus parler de moi, mais d’apprendre à parler de mes difficultés d’une façon plus constructive : d’en parler afin de trouver des solutions plutôt que de simplement déverser ma tristesse sur l’autre et la lui faire porter.

 

  • Et enfin dernière question : quelles personnes ressources peuvent m’aider dans cette démarche ?
N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions sur ce petit exercice!

 

Conclusion

Nous avons tous ce que j’ai surnommé des stratégies ‘dopaminatrices’ : des stratégies qui boostent notre dopamine et qui peuvent dominer nos comportements, sans que l’on n’en soit forcément conscient. Ces conditionnements neuronaux – dus à notre éducation (ou manque de !), notre environnement, notre histoire tout court – sont crées par notre cerveau afin de ‘survivre’ dans cet environnement. Certaines de ces stratégies sont aidantes, et d’autres sont limitantes, comme l’avait été mon (GROS) Caliméro. Personnellement mon Caliméro existe toujours. Il n’apparaît apparemment plus très souvent (enfin c’est ce que l’on me dit quand je demande …) et lorsqu’il le fait, il est loin d’avoir la même intensité qu’avant, mais je sais qu’il est toujours là (je le vois pointer son bout de nez de temps en temps !). Je mentirais si je vous disais que j’étais follement amoureuse de lui aujourd’hui… ;o) Par contre, ce que j’observe, c’est que plus j’embrasse ce Caliméro (plutôt que de vouloir l’extirper de mon corps), plus il fait ressortir les bons côtés de cette force obscure.

Embrassons nos Caliméros, Hulk, Peter Pans et Cendrillons et construisons de belles stratégies ‘dopaminatrices’! Elles sont porteuses de paix intérieure et extérieure… :o)

Share