Sélectionner une page

« Tu n’as pas le droit d’être plus petite que ce que tu peux être ». C’était le 17 Novembre 2015, à Paris, quatre jours après les attentats. Une petite voix intérieure était venue me secouer les puces alors que j’étais assise avec une vingtaine de personnes, réunies autour d’un seul et même sujet : que pouvions-nous faire – nous – à notre échelle, pour mettre un stop à ces atrocités ? Une première réponse avait très vite émergé : il fallait – d’abord – que ça parte de chacun d’entre nous. Comment trouver la paix autour de nous,  si c’était le désordre à l’intérieur de nous ? Comment résoudre des conflits de cette taille-là, si notre propre cœur, corps et cerveau ne s’entendaient pas ?

Pas (forcément) besoin d’un grand pas pour apaiser le monde chaotique qui nous entoure et nous chamboule. Juste un pas vers soi. Car lorsque je m’aligne intérieurement, lorsque je commence à m’aimer suffisamment pour m’autoriser à exprimer qui je suis vraiment  – et à libérer ma voix unique et authentique – quelque chose d’assez magique se met en place. Je découvre l’intense joie et paix de rayonner ce que je sens et sais être ce qui me fait vibrer… et je mets alors ma pierre à l’édifice de la Paix. La Paix avec un grand P.

Un peu trop bisounours à votre goût ? C’est probablement ce que j’aurais pensé il y a une quinzaine d’années ! C’est néanmoins exactement ce que j’ai réalisé le 7 juillet 2006.
 

Et si la vie que je vis ne rime pas – ou plus – avec harmonie ?

J’étais à un séminaire de leadership, en plein cœur de Londres. Il fallu la proximité d’un premier attentat pour me secouer. Je réalisais que si je voulais avancer dans ma vie, il fallait que je commence à m’écouter. J’avais en effet la fâcheuse tendance à me transformer en « Superwoman » ambulante, me préoccupant plus des besoins des autres que des miens. Je trouvais cela noble. Mais voilà, je découvrais qu’en faisant cela, je ne me respectais pas. Je respectais les autres, oui. Mais pas moi. Pour contribuer à la paix extérieure, il me fallait d’abord résoudre ce conflit intérieur.

Paf ! Première secousse. Je décidais alors de commencer à prendre soin de moi.

 

Un an plus tard, je recevais ma deuxième secousse intérieure. J’avais passé 12 mois à me reconnecter à mes besoins. C’était déjà bien ! Mais il était temps de faire un autre pas. Et ce pas là, c’est un cheval qui me le montra… Oui oui, vous avez bien lu ! L’éducation assistée avec les chevaux commence aujourd’hui à se faire connaître et il y a de quoi. Plusieurs études scientifiques investiguant l’efficacité de l’équithérapie ont été publiées. Les résultats sont encourageants. On trouve des bienfaits sur le bien-être psychologique[1], l’autisme[2], l’estime de soi[3], la dépression[4], l’intelligence émotionnelle[5] ou le leadership[6], par exemple.

Quant à moi, j’en découvrais les vertus par l’expérience directe, lors de la deuxième partie du séminaire de leadership que j’avais commencé à Londres. C’était sous le soleil Californien, un beau jour de Juillet 2006. Cet exercice – assez atypique ! – me montra que je me trompais lamentablement sur ce qui pouvait me rendre heureuse (cf. cet article où le Dr Dan Gilbert nous explique pourquoi). Tel un véritable détecteur de mensonge, à la question « Qu’est-ce qui est vraiment important pour toi ? », le cheval réagissait différemment, selon que je parlais avec ma tête – cette idée de ce que je devais faire et qui je devais être – ou mon cœur – ce qui me mettait en joie, ce qui me faisait réellement vibrer… Étrange affaire, que mes neurones sceptiques avaient du mal à avaler. Pourtant, il me fallu le reconnaître : quand bien même je ne comprenais pas comment un cheval pouvait révéler cette imposture intérieure [pour en savoir plus sur ces mécanismes, cf. référence 7], il se trouvait, enfouie au fond de moi, une toute autre vie cherchant à se réaliser. Finalement, la vie que je vivais n’était peut-être pas, ou plus, celle qui me correspondait.

Mon job par exemple… Eh bien peut-être n’étais-je finalement pas – ou plus – faite pour trouver de nouveaux médicaments (j’étais alors chercheur et manager dans une multinationale pharmaceutique). Peut-être, comme me l’avait murmuré le cheval, mon cœur aspirait-il à un autre métier, plus aligné avec mes valeurs, mes talents, mes passions [7]?… Et peut-être était-ce là une clé pour mieux avancer.
 

Premier défi : comment savoir ce qui nous fait vibrer ?

Cette découverte fut une magnifique prise de tête ! Sérieusement ? Allais-je réellement remettre en question mon job, ma vie, parce qu’un cheval me l’avait « dit » ?… De retour dans la « vraie » vie, je finis par douter de ce que j’avais découvert en Californie. Mais ce stage avait laissé une empreinte indélébile. Celle de l’authenticité. J’avais senti la différence entre les moments où je me racontais des histoires, et les moments où j’étais vraie. Il était temps de faire tomber un autre masque. Il était temps de mettre à jour ma vision de la vie.

Facile à dire, un peu mois à faire.

Je me trouvais alors face à un premier défi : comment, finalement, savoir ce qui me faisait réellement vibrer ?  Comment être sûre de ne pas me tromper ? Et pourquoi en étais-je arrivée là ? Je trouvais les réponses à ces questions grâce à une formidable coach m’aidant à naviguer les 6 niveaux de conscience de mon cerveau. Car au cœur de ce vague intérieur, se trouvait avant tout un petit cerveau encore très conditionné !

 

Les conditionnements du cerveau

Ah le cerveau… Sa mission première, c’est d’assurer notre survie, comme nous l’avons vu dans cet article. Pour cela, il encode de nombreux programmes et automatismes. Des mécanismes, pour que l’on respire, digère, se meuve, sans même que l’on s’en rende compte. Des croyances, pour donner un sens aux événements que l’on rencontre. Des comportements, pour y faire face… Dès notre naissance, nous apprenons par ailleurs que pour être aimé (et donc survivre), il nous faut suivre la voix/voie des adultes qui nous élèvent. À l’école, nous apprenons à réfléchir d’une certaine manière et que pour réussir dans la vie il nous faut suivre certains critères. Au boulot, on continue de chanter la même chanson. Si l’on veut la reconnaissance méritée, alors il nous faut cocher les bonnes cases de productivité et/ou personnalité…

Résultat des courses : on peut finir par oublier qui l’on est. Ses rêves d’enfant, ses talents uniques, ses besoins, ses valeurs, sa raison d’être… Tout cela part aux oubliettes, pour être remplacé par une toute autre idée : celle qui est encouragée par la société. On devient alors qui l’on pense devoir être. On fait alors ce que l’on pense devoir faire. On entre dans une forme de pilotage automatique et hypnotique.

Mais fort heureusement, notre cerveau, comme tout super ordinateur qui se respecte, est capable de faire des mises à jour ! Il a par ailleurs divers « niveaux » de conscience nous explique le neurologue Andrew Newberg [8]. Nous ne sommes donc pas « coincés » avec notre pilotage automatique.
 

Les 6 niveaux de conscience du cerveau

Notre cerveau active souvent plusieurs niveaux de conscience en même temps nous dit Newberg [8]. Chacun sollicitant des circuits neuronaux différents et chacun ayant un rôle spécifique à jouer (cf. Pyramide ci-contre – Traduction libre et adaptée de la pyramide de Newberg et Waldman, dans leur ouvrage How enlightenment changes your brain [8]:

  • Niveau 1 – conscience instinctive : ce niveau de conscience sollicite une partie du cerveau qui assure – avant toute chose – notre survie. Il nous éloigne de ce qui menace notre survie et nous rapproche de ce qui la soutient.
  • Niveau 2 – réaction habituelle : ce niveau de conscience regroupe toutes les habitudes automatiques nous permettant de réagir aux événements de la vie. Elles peuvent êtres des habitudes comportementales, émotionnelles, des compétences techniques…
  • Niveau 3 – réflexion intentionnelle :  un niveau de conscience où l’on sollicite notre réflexion mentale pour résoudre des problèmes, faire des choix etc.
  • Niveau 4 – imagination créative : ce niveau de conscience s’active lorsque nous faisons une pause, lorsque nous partons dans nos pensées (le mind wandering en anglais), sans chercher à les orienter (contrairement au niveau 3). Nous pouvons alors avoir des idées lumineuses venues de « nulle part », comme par exemple sous la douche, en conduisant sa voiture, en se baladant dans la forêt etc.
  • Niveau 5 – conscience auto-réflective : ce niveau de conscience s’active lorsque l’on fait de la méditation par exemple, c’est un état de conscience où l’on observe consciemment ses pensées et émotions par exemple. Il est différent du niveau 3 car on reste dans l’observation, on ne cherche pas à coller des étiquettes sur l’expérience ou à la changer. On observe, en pleine conscience, c’est tout.
  • Niveau 6 – conscience transformationnelle : ce niveau de conscience-là s’active lorsque l’on vit une expérience profonde et marquante qui chamboule notre vision de nous-mêmes et/ou du monde. Cela peut arriver lors d’une méditation particulièrement profonde, lors d’un effort physique nous propulsant dans un état très particulier, voire même spontanément. Tout d’un coup on a une expérience « d’éveil ».

Nous avons donc à notre disposition un panel de niveaux de conscience.

Alors, pourquoi en étais-je arrivée là ? Pourquoi avais-je tant de mal à savoir ce qui me faisait réellement vibrer ? Parce que j’étais bloquée entre les niveaux de conscience 1 et 3 de mon cerveau. Le niveau 1 s’assurait de conserver ce qui m’était familier : changer s’est se mettre en danger, selon cette partie primaire et instinctive du cerveau. Mieux vaut rester tel que l’on est.  Le niveau 2, soutenait cette noble mission en m’ayant programmée à agir et réagir d’une certaine manière. Un formidable pilotage automatique me permettant d’économiser mon énergie, certes, mais m’empêchant de changer. Quant au niveau 3 de réflexion intentionnelle, eh bien lui était très influencé par les niveaux du dessous… Les choix que je faisais dans ma vie s’appuyaient sur mes croyances et habitudes passées, mais aussi sur une émotion associée au niveau 1 : la peur. Peur de changer, peur de ce que les autres pourraient penser, peur de me tromper…

Voilà donc pourquoi j’en étais arrivée là. À la base de tout cela, se trouvait finalement un petit cerveau qui souhaitait prendre soin de moi, de ma survie. Mais il m’empêchait aussi de m’ouvrir à une autre vie. Une vie plus alignée avec moi.

Comme le dit Steven Pressfield, dans son livre The War of Art : « La plupart d’entre nous ont deux vies. La vie que nous vivons, et celle qui reste à l’intérieur de nous, non réalisée. Entre les deux se trouve la résistance. »

Mais bien-sûr, l’histoire ne s’arrête pas là…
 

Naviguer les autres niveaux de conscience pour devenir le héros de sa vie

Grâce à plusieurs étapes clés – que nous découvrirons dans le prochain article ! – j’ai découvert que je pouvais activer les niveaux 4 à 6 de mon cerveau. Ce faisant, j’ai fini par trouver ma voie et par la matérialiser. J’ai quitté mon job de chercheur et manager, mon statut de salarié, mon pays (j’ai décidé de revenir vivre en France après 12 ans à l’étranger), et lancé ma propre activité. J’ai commencé à écrire, un peu, sur ce blog, pour partager ce que j’avais appris et qui m’avait permis d’avancer.

Et puis ce soir là, en novembre 2015, après les attentats, je me suis dit que je n’avais pas le droit d’être plus petite que ce que j’étais. Il était temps de faire un autre pas. Chacun autour du cercle avait puisé dans ses propres passions, talents et compétences pour identifier de petites actions pouvant nous aider à ramener de la douceur et de la paix autour de nous : des « free hugs » dans la rue, du « street coaching » (des mini séances de coaching gratuit), des cercles de parole, du Street Art positif…

Quant à moi, c’était communiquer. Plus. Il me fallait arrêter de me cacher derrière deux articles par an. Et il me fallait aussi, et surtout, partager ce qui m’avait aidé à trouver ma propre paix. Un thème plus engageant pour moi, car je savais qu’il me faudrait dévoiler mes peurs, mes doutes et mes fragilités. Mais qui sait, et si cela pouvait aider ? J’étais partie pour écrire sur mon blog. J’étais à mille lieux de m’imaginer que cette intention de communiquer irait beaucoup plus loin, avec à la clé un bouquin. Quelques semaines seulement après avoir posé l’intention d’écrire, un éditeur me contactait sans même que je n’ai demandé quoi que ce soit. Et ce livre, allait me permettre de faire émerger une toute autre partie de moi. Une partie encore cachée, reniée, mais qui souhaitait désormais se révéler…

Et vous ? Qu’est-ce qu’il est important pour vous, aujourd’hui, de révéler ? Quel premier pas pouvez vous faire pour vous rapprocher de plus près de ce qui vous fait vibrer ?

Lorsque l’on devient le héros de sa vie, on devient le héros de la Vie. Car s’aimer soi, c’est aimer le monde, aussi.

***

Retrouvez Christelle Lauret à sa conférence « L’intuition : juste une histoire de cerveau ? Et est-elle fiable ?« , le 03/10/19, à 19h30, au Forum 104, à Paris (Pour toutes les infos et pour prendre vos billets, c’est par là : https://www.weezevent.com/conference-03-10-l-intuition-juste-une-question-de-cerveau

***

Références

1 – Klontz, B. T. et al. (2007). The Effectiveness of Equine-Assisted Experiential Therapy: Results of an Open Clinical Trial. Society and Animals, 15, 257-267 ; Marr, C.A. et al. (2000). Animal-assisted therapy in psychiatric rehabilitation. Anthrozoös 12(1), 43-47.

2 – Gabriels, R., Agnew, J., Holt, K., Shoffner, A., Zhaoxing, P., Ruzzano, S., Clayton, G., Mesibov, G. (2012). Pilot study measuring the effects of therapeutic horseback riding on school-age children and adolescents with autism spectrum disorders. Research in Autism Spectrum Disorders, 6(2), 578–588.

3- Gatty, C. M. (2001). Psychosocial impact of therapeutic riding: A pilot study. Equine-Facilitated Mental Health Association, 5(2), 8 ; Katcher, A. H. et Wilkins, G. G. (1994). The use of animal assisted therapy and education with attention-deficit hyperactive and conduct disorders. Interactions, 12(4), 1–5 ; MacDonald, P. M. et Cappo, J. (2003). Equine-facilitated therapy with ‘‘at-risk’’ youth: Does it work? Strides, 9(3), 30–31.

4- Bowers, M. J. et MacDonald, P. M. (2001). The effectiveness of equine-facilitated psychotherapy with at-risk adolescents: A pilot study. Journal of Psychology and Behavioral Sciences, 15, 62–76.

5 – Bowers, M. J. et MacDonald, P. M. (2001). The effectiveness of equine-facilitated psychotherapy with at-risk adolescents: A pilot study. Journal of Psychology and Behavioral Sciences, 15, 62–76 ; Vidrine, M., Owen-Smith, P. et Faulkner, P. (2002). Equine-facilitated psychotherapy: Applications for therapeutic vaulting. Issues in Mental Health Nursing, 23, 587–603.

6 – Esbjorn, R. (2006). When horses heal: A qualitative inquiry into Equine Facilitated Psychotherapy. Dissertation-Abstracts-International:Section-B.-The-Sciences-and-Engineering. 67(4-B), 2222.

7 – Pour en savoir plus sur les mécanismes de fonctionnement de l’équithérapie, voir : Lauret, C. (2019), Les Petites Voix : Quand l’intuition toque à la porte d’un cerveau rationnel, Paris, France : Carnets Nord.

8 – Newberg, A. et Waldman, M. R. (2016). How enlightenment changes your brain. London, UK : Hay House.

17
20
Whatsapp
LINKEDIN