Sélectionner une page

… 90% de ce que nous faisons est inconscient… Voici une autre vidéo, très bien réalisée, qui nous explique les différents tours que notre cerveau joue sur nous… Des tours souvent utiles, et parfois un peu moins… amour, prises de décisions, créativité… que contrôlons-nous vraiment consciemment?

 

Ce que vous allez apprendre dans cette vidéo:

  • Les processus conscients et inconscients : quelles sont les limites de notre cerveau conscient et pourquoi notre inconscient prend la relève, la plupart du temps… pourquoi aussi est-il si difficile de changer nos habitudes?
  • Les tours que notre inconscient joue sur nous : ce que l’on pense voir n’est pas toujours ce que l’on voit réellement… mais encore, notre environnement et notre passé immédiat influencent tous nos actes…
  • Les mécanismes de l’amour : un processus inconscient qui décide avant nous de qui nous allons tomber amoureux ou pas ; un processus électrochimique assez fascinant…
  • L’intuition humaine : bien que ce domaine me semble plus complexe que cela, cette vidéo apporte une vision rationnelle de l’intuition : « avant même que vous ne commenciez à réfléchir à quelque chose de façon consciente, l’inconscient a déjà décidé ce qui est bon ou mauvais pour vous. (…) car ce que nous appelons l’intuition n’est pas un don inné : elle s’appuie en fait sur l’expérience et d’innombrables répétitions »
  • La créativité : pour être créatif il faut « débrancher » certaines parties de son cerveau ; les scientifiques nous démontre que l’expertise entrave la créativité
  • Prendre des décisions : comment être sûr de prendre la bonne décision? et prenons-nous toujours des décisions aussi rationnellement que nous le pensons?

 

Cette vidéo étant très longue, j’ai rajouté sa structure principale (en dessous de la vidéo) ; j’ai aussi retranscrit ce qui m’a semblé être les idées clés (avec l’endroit T où les trouver), afin que vous puissiez aller directement au moment de la vidéo qui vous intéresse le plus :

 1ère Partie : 

2ème partie : 

 

 

STRUCTURE DE LA VIDÉO ET CITATIONS CLÉS :

Premier thème : les processus conscients et inconscients – T= 0:00

T = 1:14 « … le cerveau est un instrument magique capable d’accomplir à l’insu de votre conscience 90% de tout ce que vous faites… »

T = 5:36 « Le seul endroit où nous vivons c’est à l’intérieur de notre tête »

T= 5:40 « dès que nous ouvrons les yeux au réveil, des signaux électrochimiques restituent de manière inconsciente le monde qui nous entoure. Notre pouvoir de décision conscient se limite le plus souvent à des sujets auxquels nous avons choisi de nous consacrer »

T=6.34 « il suffit que 4 à 5 informations différentes arrivent en même temps pour que notre conscient soit débordé »

T = 8:00 « selon certains experts, notre inconscient serait capable de traiter simultanément 200000 données de plus que notre conscience. Car notre conscience est limitée au cortex cérébral : une fine couche stratifiée qui enveloppe le reste du cerveau comme un bonnet de bain. En quelques fractions de secondes, près de 15 milliards de neurones peuvent former de nouvelles connexions…. mais il faut savoir que le feu d’artifice de nos pensées conscientes entraine une dépense d’énergie supérieure à celle occasionnée par les muscles d’un sportif de haut niveau. Aussi notre cerveau essaye-t-il toujours de s’en sortir sans notre conscience. »

T = 11:32 « Presque toute notre vie mentale est un mélange de processus conscient et inconscient qui se consolident mutuellement, notamment lorsque la motivation entre en jeu »

T= 11:50 Test de la guimauve et du self-contrôle / la motivation avec des enfants – un test très mignon où les enfants nous montre ce qu’il faut faire pour résister à la tentation…

T = 15:00 « Nous avons une conception erronée de la volonté – qui est une attitude stoïque où l’on sert les dents pour aller jusqu’au bout de son projet. En fait, c’est la meilleure façon de le faire échouer, parce que c’est au delà de nos forces. La solution, c’est d’appréhender l’environnement et de le transformer. La seule chose à faire c’est de changer sa perception et de focaliser son attention sur autre chose »

T = 18:10 « Nous vivons en permanence dans le passé : tout ce que nous percevons de façon consciente s’est passé 1/3 de seconde , au moins, avant… Nous ne percevons pas ce décalage, nous avons l’impression de vivre les choses dans l’instant. »

 
Deuxième thème : notre cerveau nous joue des tours T = 20:50

T = 20:50 « Dans la perception, notre mémoire est généralement l’organe sensoriel le plus important. Nous voyons à 99% ce qui est déjà présent dans notre mémoire, seul 1% vient s’ajouter par l’intermédiaire des organes des sens »

T = 21:10 « Notre cerveau peut falsifier l’information qui vient se projeter sur notre rétine – autrement dit, nous pouvons annuler la réalité qui nous entoure pour lui donner la forme qui convienne à ce que nous croyons. C’est très puissant. »

T = 21:40 « 11 millions d’informations peuvent être enregistrées simultanément par un cerveau, mais seules 40 d’entre elles le sont de façon consciente. (…) notre cerveau occulte tout ce qu’il considère sans importance ou déjà connu.

T = 23:45 « Notre cerveau décide sans la conscience, ce qui doit être relevé ou non. Il est aussi à l’œuvre quand nous croisons celui ou celle qui pourrait devenir notre grand amour »

T = 30:42 « Nous avons besoin de moins de 100 millisecondes pour nous faire une opinion sur un visage que nous n’avons jamais vu »

T = 34:25 « L’apparence physique des candidats permet de prédire les résultats de suffrage à 70%! »

T = 34:40 « Les processus inconscients de notre cerveau peuvent nous jouer des tours… (…) La perception que nous avons de notre corps est une construction mentale »

 
Troisième thème : l’inconscient et l’amour T = 39:35

T = 39:35 « Nous tombons le plus souvent amoureux de personnes qui nous ressemblent. Nous aurions même tendance à choisir des partenaires dont la largeur de nez et le QI sont comparables au notre »

T = 40:41 « Quand nous tombons amoureux, notre cerveau libère une grande quantité d’hormones. Ces hormones troublent notre perception et créent une dépendance »

T = 41:05 « Contrairement à une idée communément répandue, les hommes tombent plus vite amoureux que les femmes et de manière plus durable. Mais chez les deux sexes, c’est l’inconscient qui décide avec une bonne longueur d’avance sur notre raison. »

T = 44:30 « L’amour est le domaine de notre vie où nous sommes le plus assujettis aux automatismes de notre cerveau. (…) Nous sommes gouvernés par notre inconscient dans le choix d’un partenaire »

 
Quatrième thème : l’intuition humaine – T = 45:00

T = 49:00 « Notre cerveau sait avant nous ce qui marche. (…) Notre inconscient a le dessus sur notre réflexion »

T = 50:00 « Réfléchir fatigue notre cerveau. (…) l’intelligence consciente dans la zone frontale de notre cerveau, ne peut gérer plus d’une pensée ou 5 unités d’information à la fois. »

T = 50:40 « Le centre de décision consciente est situé au dessus des yeux, dans le cortex orbito-frontal, mais il ne décide pas tout seul car une autre forme d’intelligence est à l’œuvre dans notre cerveau, en dessous du cortex cérébral : l’hippocampe qui stocke toutes nos expériences. »

T = 50:56 « Dans le meilleur des cas, nous nous souvenons, de façon consciente, de bribes de souvenirs (…) or ce dont nous nous souvenons détermine ce que nous faisons »

T = 51:12 « Plusieurs centres de coordination jouent un rôle décisif en la matière:

le centre de la peur et de la panique situé dans les noyaux amygdaliens

– et ses adversaires : les centres du plaisir et de la récompense

Tous échappent à notre contrôle conscient mais ils ont toujours le premier et le dernier mot »

T = 51:35 « Tels des agents secrets dans notre tête, ils analysent chaque signal extérieur avant même que nous en ayons conscience, et traduisent le résultat par un sentiment »

T = 52:10 « Notre conscience est venue se greffer sur notre inconscient et a dû apprendre à fonctionner avec »

T = 52:55 « …à quelle vitesse notre cerveau arrivait à prendre des décisions complexes et la réponse est 230 millisecondes : avant même que vous ne commenciez à réfléchir à quelque chose de façon consciente, l’inconscient a déjà décidé ce qui est bon ou mauvais pour vous. »

T = 54:25 « …car ce que nous appelons l’intuition n’est pas un don inné : elle s’appuie en fait sur l’expérience et d’innombrables répétitions »

T = 57:30 « beaucoup de processus de notre cerveau s’effectuent avec une telle rapidité qu’on n’a même pas ne serait-ce que l’illusion de contrôler quoique ce soit. Ces processus de calcul hyper rapides sont aussi très performants. Si notre pensée consciente était capable de trouver d’aussi bonnes solutions, on pourrait s’estimer heureux, mais ce n’est pas parce que l’inconscient travaille très vite qu’il est irrationnel ou négligeant. »

T = 57:50 « dans le flow de données interrompues qui nous entoure, notre cerveau accompli de véritables prouesses mais il commet aussi des erreurs à chaque niveau. Nous avons du mal à nous rendre compte des erreurs inconscientes car elles nous influencent à notre insu. L’une des plus grandes sources d’erreurs vient du fait que notre cerveau est programmé pour établir constamment des connexions, même là où il n’y en a pas. »

T = 59:00 « L’effet d’amorçage :

– nous tombons amoureux de quelqu’un avec qui nous venons de vivre un moment passionnant

– nous dépensons plus aux enchères si avant nous avons pensé à un chiffre plus élevé

– nous trouvons les gens plus sympathiques quand nous faisons connaissance autour d’une boisson chaude, et ils nous semblent plus froids lorsque l’on a une boisson fraîche entre les mains.

Notre environnement et le passé immédiat influencent tous nos actes. Dans un monde aussi complexe que le nôtre, c’est la plupart du temps fort utile. »

T = 1:00:42 « nous avons fait assoir des personnes sur des chaises assez dures, d’autres sur des chaises rembourrées et nous les avons laissé négocier. Celles assises sur les chaises dures ont négocié plus âprement, elles se sont montrées moins conciliantes que celles assises sur des chaises rembourrées… »

T = 1:02:10 « le terme intuition fait en général référence à nos sentiments – on sent d’instinct qu’une chose est bonne ou mauvaise pour nous. Ces sentiments subjectifs sont extrêmement importants car ce sont les signaux que notre cerveau nous envoi pour nous dire si nous devons, ou non, faire telle ou telle chose. »

T = 1:03:30 « notre cerveau conscient brule autant d’oxygène et de sucre que nos muscles. Lorsque notre inconscient prend le relai, nous ne savons plus pourquoi nous faisons ce que nous faisons mais tout nous semble facile et c’est pour cette raison que nous avons du mal à nous écarter de nos habitudes. »
 

Cinquième thème : la créativité T = 1:05:30

T  = 1:05:30 « La créativité est un acte de rébellion, il faut être subversif pour briser les règles et aller contre les conventions. Par définition quand tout le monde accepte ce que vous faites, vous n’êtes pas un précurseur, vous vous contentez de reproduire des anciens modèles. »

T = 1:06:50 « L’expertise entrave la créativité… on augmente la créativité non pas en stimulant certaines parties du cerveau mais en les débranchant (il montre ensuite une expérience qui illustre cet effet) »

T = 1:10:10 « Pour survivre dans un monde complexe, nous avons besoin de préjugés et de routines. Comme un GPS interne, des systèmes de filtres inconscients nous guident à travers le chaos du quotidien moderne et lorsque nous tombons amoureux, notre cerveau met tout en œuvre pour nous empêcher de voir l’autre tel qu’il est. »

 
Sixième thème : les mécanismes de l’amour T = 1:10:30

T = 1:10:31 « D’un point de vue purement scientifique, être amoureux c’est avant tout être stressé. Dans ce cas de figure, notre amygdale s’active. or cet organe, responsable du sentiment de peur, se déclenche traditionnellement lorsqu’un danger nous menace. l’amygdale nous place en état d’alerte, d’où l’agitation ressentie quand nous sommes amoureux. Dans le même temps, l’état de panique nous rend aussi un peu aveugle, ce qui explique pourquoi nous ne voyons pas vraiment les défauts de notre partenaire. Parallèlement, les centres du circuit de la récompense réagissent eux aussi. L’endorphine, un opiacé naturel secrété par l’hypothalamus, nous rend complètement euphorique, tout comme la sérotonine produite par le tronc cérébral et grâce à laquelle notre humeur est au beau fixe. Ce cocktail agit comme une drogue. Pendant cette phase de la relation, nous sommes comme en état de manque lorsque l’être aimé est absent. L’amour rend accro et indulgent (…) car pendant que notre cortex cérébral, et donc notre conscience, barbote dans les drogues du bonheur, l’hypothalamus ordonne la production de cortisol – l’hormone du stress qui rétrécie notre champ de vision lorsque nous sommes menacés ou amoureux. »

T = 1:11:45 « Au tout début d’une relation amoureuse, nous sommes donc facilement manipulables car sur le plan neurologique, nous sommes dépendants, aveugles et stressés et nous commençons même à nous ressembler… grâce à la testostérone. Étonnamment, l’hypothalamus et la thyroïde réduisent la production de cette hormone sexuelle mâle chez les hommes amoureux, alors que les femmes amoureuses en produisent d’avantage. Nos cerveaux ne s’habituent que lentement à cette ronde hormonale. La drogue fait donc effet plusieurs semaines, voire des mois. Pendant cette phase, nous assurerions certainement notre descendance si les cerveaux humains n’avaient pas inventé la contraception. »

T = 1:12:42 « Au bout de 6 à 9 mois, l’effet d’ivresse commence à s’estomper, mais si tout va bien, nous sommes déjà sous ocytocine, une hormone qui favorise le sentiment d’attachement. Elle est également secrétée par la glande thyroïde pendant l’orgasme et aussi chez les femmes qui allaitent. L’ocytocine ne génère pas de stress mais l’empathie et le sens du sacrifice. Elle nous pousse donc inconsciemment vers une relation durable même si notre conscience rejette catégoriquement ce genre d’idée. »

 
Septième thème : prendre des décisions T = 1:14:52

T = 1:14:52  » Nous avons découvert que l’activité cérébrale montre quel choix la personne va faire 7 à 10 secondes avant la décision consciente. Il semblerait donc que notre cerveau programme à l’avance notre décision et qu’au moment ou soi-même on a le sentiment de décider, les jeux sont déjà faits. »

T = 1:16:42 « Au quotidien, nous ne remarquons pas ce que notre cerveau décide sans nous consulter car notre conscience ne peut pas détecter les influences inconscientes. Elle peut, tout au plus, y opposer sa réflexion après coup. »

T = 1:17:02 « Que ce soit pour choisir un vêtement ou un partenaire, nos circuits électrochimiques, totalement, automatiques, ont déjà décidé bien avant que nous commencions à réfléchir au problème. »

T = 1:20:00 Expérience  sur notre goût de différents vins, en fonction de leur prix : « le prix influence notre goût : notre cerveau ressent plus de plaisir quand il pense que c’est du bon vin »

T = 1:21:50 « Difficile à admettre, et pourtant nous ne faisons pas nos courses de façon consciente. Un exemple: pourquoi les fruits et légumes sont-ils placés juste à l’entrée d’un supermarché?… Parce qu’avoir des aliments sains dans notre chariot calment les troubles fête qui peuplent notre cerveau et qu’ensuite on achète des produits moins diététiques en toute bonne conscience. »

T = 1:22:30 « le noyau accumbens, qui fabrique, mais aussi garde en mémoire toutes les sensations agréables montre par une activité accrue que ces gaufres lui plairaient bien – il sait que nous aimons le sucre et submerge notre cerveau de dopamine. Résultat : on prend les gaufres. »

T = 1:22:50 « Également appelé cortex insulaire, l’insula joue le rôle de trouble fête à chaque fois que nous nous rendons au supermarché. Sans que nous puissions le contrôler, elle s’active quand nous sentons quelque chose de pourri, lorsque nous entendons une blague de mauvais goût, que l’on voit quelque chose de dégoutant ou un prix trop élevé. Or ,lorsqu’elle s’active pour quelques raisons que ce soit, nous n’achetons rien. Plus notre noyau accumbens s’est excité, plus nos chariots se remplissent. Si l’insula prend le dessus en revanche, rien ne nous fait envie. Dans un cas comme dans l’autre, nous ne décidons pas de façon rationnelle, nous écoutons juste notre voix intérieure. »

T = 1:23:35 « Au final, celui qui l’emporte est celui qui cri le plus fort dans notre tête, et le volume de cette voix là est congénital. Les cigales ne sont pas moins raisonnables que les fourmis, elles suivent tout simplement un autre circuit inconscient. Mais cela a aussi de bon côtés : sans cela, faire ses courses nous prendrait des heures faute de pouvoir nous décider. »

T = 1:24:05 « Sur le plan de l’évolution, cela n’a pas grand intérêt de réfléchir longuement à tout et de trouver de nouvelles solutions. Pour tout ce qui concerne la vie quotidienne, il vaut mieux être rapide. »

T = 1:24:14 « La meilleure chose à faire c’est peut-être de prendre sa décision et ensuite de réfléchir de nouveau au problème le lendemain, ou dans un autre environnement, en tous cas quelque part où les influences seront différentes. Si vous prenez la même décision une fois, ou deux fois de suite, alors vous pouvez être assez sûr que c’est la bonne. Mais il peut arriver que dans une autre situation, vous ne ressentiez pas la même chose parce que vous serez influencés par d’autres facteurs (cf. effet d’amorçage T = 59:00). Mais si vous prenez la même décision de fois de suite dans des contextes différents, alors vous pouvez la considérer comme plutôt fiable. »

 

Comment se libérer de ses pensées parasites – 1ère Partie – les mécanismes du cerveau

Conflit au travail ou avec un être cher, rupture amoureuse, problèmes financiers… Nous passons des heures à penser. Cela nous mène parfois dans une danse infernale qui nous parasite, nous paralyse et qui très clairement nous fait perdre une énergie et un temps précieux… Comment donc se libérer de ces pensées parasites ?… Découvrons tout d’abord ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous partons dans ces pensées…

 

Comment se libérer de ses pensées parasites – 2ème Partie : les trucs et astuces

Dans l’article précédent nous avons vu quelques principes fondamentaux pour comprendre ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous partons dans nos pensées parasites. Mais quels trucs et astuces concrets peuvent nous permettre de nous en libérer ? dans cet article se trouvent quelques incontournables !…

 

 

Pour être alerté à chaque nouvel article, inscrivez-vous à la Newsletter en cliquant ici.

 

 

Share